L’avenir appartient à ceux qui accordent le bio dans son quotidien

La devise est claire : « Consommer bio pour un avenir meilleur ! ». Sauf que pour avoir un produit purement bio, ce n’est pas si facile pour les agriculteurs. 

Bio travaille plus la qualité que la quantité

Si nous mangeons, c’est qu’on a faim. En ce moment, beaucoup de gens sont en famine à cause de la pandémie Covid-19. Dans le projet agriculture bio, nous mangeons pour survivre mille ans encore. Il y a donc une certaine vision d’un avenir lointain qui commence dès maintenant et qui peut avoir même un impact positif tout de suite.

Dans l’élevage de poulet de chair industriel, vous aurez un gros chair bien gras en 30 jours seulement. Les poules ne sortent pas de son enclos et ils sont nourris de provende chimique et de médicaments pour assurer leur survie. 

Tandis que l’élevage d’un poulet en mode bio, il faut d’abord avoir un grand terrain avec une assez large surface de verdure. On les nourrit par des maïs bio, et peut-être une surveillance sur leur santé, mais logiquement ces poules doivent être en bonne forme jusqu’à 72 jours d’élevage. La chair obtenue n’est pas si grosse ni grasse.

Quel est l’avantage de l’agriculteur ?

Le premier avantage est le côté finance. Ils ne dépensent pas beaucoup d’argent pour la nourriture ni les médicaments. Ils obtiennent de l’engrais purement bio qui va servir pour ses champs. Pas besoin de faire des investissements sur les matériaux à utiliser.

Quel avantage pour les consommateurs ?

Si vous avez déjà mangé la viande de poulet de chair bio et celui élevé dans les industries, le goût est différent. Dès sa cuisson, on sent de l’odeur sur la viande chimique. Le goût de la viande bio est plus tendre et tellement doux, que l’on peut sentir la saveur des autres ingrédients mélangés avec. 

Consommer bio est le seul moyen de se relever de l’économie qui appel au secours suite au passage du Covid-19.